Arrestation en Turquie d’un mathématicien de l’université Lyon-I

 
PAR NICOLAS CHEVIRON – 11 Mai 2019
 
Source: https://tinyurl.com/yxjw6apd
 
Tuna Altinel, un mathématicien turc travaillant à l’université de Lyon-I, a été arrêté et placé en détention provisoire samedi en Turquie. Les autorités turques l’accusent de propagande terroriste. Il avait signé en 2016 une pétition pour la paix au Kurdistan turc qui a déjà conduit près de 700 universitaires au tribunal.
 
Istanbul (Turquie), de notre correspondant.–
 
Le mathématicien Tuna Altinel vit en France depuis 23 ans © Barış İçin Akademisyenler
 
Il est maître de conférences à l’université Lyon-I. Il n’a cependant jamais renoncé à sa nationalité turque et à son engagement politique dans son pays d’origine, ce qui l’a conduit à signer, en janvier 2016, avec 1 127 autres universitaires turcs, une pétition demandant l’arrêt des opérations militaires contre la rébellion kurde, d’une rare violence, au cœur des villes kurdes du sud-est de la Turquie.
 
Poursuivi, à l’instar de 696 autres signataires, pour « propagande en faveur d’une organisation terroriste », le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), et encourant à ce titre jusqu’à sept ans et demi de prison, le scientifique s’était déjà rendu en Turquie fin février pour y présenter sa défense à la cour. Après sa déposition, il avait pu regagner la France sans problèmes.
 
Ceux-ci ont commencé à sa visite suivante en Turquie. « Je suis arrivé le 12 avril à Istanbul. Au contrôle des passeports, j’ai été conduit par un policier dans un bureau, où on m’a expliqué que mon passeport avait été invalidé », a relaté le mathématicien à Mediapart, fin avril. Questionné par les agents sur d’éventuelles activités en lien avec le PKK ou d’autres organisations clandestines en France, Tuna Altinel a finalement pu quitter l’aéroport, mais sans son passeport ni aucune explication satisfaisante sur les raisons de sa confiscation.
 
Les trois semaines suivantes ont été dépensées en démarches dans le labyrinthe bureaucratique turc pour déterminer quelle autorité était à l’origine de cette mesure. « J’aurais dû rentrer le 21 avril pour reprendre mes cours, mais j’ai dû les annuler. Depuis, ce sont des collègues qui m’ont remplacé et se sont chargés des copies d’examens à corriger restées en attente », évoque Tuna.
 
L’universitaire s’est finalement rendu vendredi à Balikesir, la ville du nord-ouest de la Turquie où son passeport avait été émis et où il a apparemment été invalidé, pour tenter d’y voir plus clair. Mais dans cette ville, ce ne sont pas des explications qu’il a obtenues. « Tuna a été arrêté vendredi à Balikesir, puis placé aujourd’hui (samedi) en détention provisoire au titre de l’article 7/2 de la loi antiterroriste, pour propagande en faveur d’une organisation terroriste », a affirmé à Mediapart l’avocate du mathématicien, Meriç Eyüboglu.
 
Selon la juriste, le motif invoqué pour justifier la mise sous écrou est la participation de son client à une conférence en France. « J’ai d’autant plus de mal à comprendre qu’il puisse être écroué pour cette raison qu’il ne participait pas à cette conférence en tant que conférencier », a commenté Me Eyüboglu.
 
Avant son arrestation, Tuna Altinel évoquait comme une raison possible de ses tracas la vigueur avec laquelle il avait défendu la pétition pour la paix lors de sa déposition fin février, et la diffusion de programmes le concernant par des médias d’opposition. « J’ai voyagé dans les villes ravagées par les derniers affrontements. Devant les juges, j’ai dit que non seulement j’avais signé la pétition, mais que je l’avais aussi vécue et que je l’avais écrite moi-même. Je me suis approprié le texte, résumait-il. Et puis j’ai dénoncé un acte d’accusation, illogique, parfois faux sur le plan factuel, manipulateur et mensonger. »
 
La pétition des « Universitaires pour la Paix » a été lancée en janvier 2016 en réaction aux nouvelles alarmantes qui arrivaient du sud-est anatolien : villes sous état de siège, populations privées d’alimentation et de soins, recours par l’armée à l’artillerie, aux chars et aux hélicoptères de combat. C’est dans ce contexte de dévastation – au total, plus de 2 300 personnes, dont au moins 360 civils, ont péri dans ces combats[1] – que le groupe a lancé son mot d’ordre : « Nous ne serons pas complices de ce crime. »
 
Depuis décembre 2017, les procès se sont multipliés à travers toute la Turquie pour juger les signataires, accusés d’avoir « répandu des informations fausses, sans bases et malveillantes », qui donnaient « une mauvaise représentation des mesures prises par le gouvernement et l’armée dans le but de protéger l’intégrité territoriale du pays ».
 
Au 11 mai[2], 697 signataires faisaient l’objet de poursuites dans 42 tribunaux. Le verdict a été rendu pour 190 d’entre eux, toujours en défaveur des accusés. La peine la plus fréquemment prononcée est de 15 mois d’emprisonnement (134 cas), mais les condamnations vont jusqu’à trois ans de prison.
 
Dans une majorité des cas (152), la justice turque a accordé aux accusés, avec leur accord, une suspension du prononcé de la peine. Dans le cadre de cette procédure, qui n’est autorisée que pour les condamnations inférieures à 24 mois, la peine n’est pas prononcée ni inscrite au casier judiciaire, à moins d’une récidive dans les cinq ans. En échange, l’accusé admet sa culpabilité et renonce à son droit de faire appel. Quelque 34 accusés, pour qui il n’y a pas eu de suspension du prononcé de la peine, ont été condamnés à des peines de prison ferme et quatre autres ont bénéficié d’un sursis classique.
 
Un grand nombre de signataires ont par ailleurs fait l’objet de sanctions au sein de leur institution : 549 ont été contraints de quitter leur université (dont 406 chassés de leur poste dans le cadre d’un décret d’état d’urgence et 89 licenciés), 505 sont sous le coup de procédures disciplinaires. Des centaines d’entre eux ont fui la Turquie.
 
Mardi, l’historienne et professeure de sciences politiques Füsun Üstel, de l’université francophone de Galatasaray, à Istanbul, est devenue la première signataire à entrer en prison pour y purger sa peine. L’intellectuelle, auteure de plusieurs livres et articles sur le nationalisme, l’identité, l’écriture de l’histoire en Turquie, le genre et les droits des femmes, avait été condamnée en avril 2018 à 15 mois de prison, une peine confirmée en appel le 25 février dernier. Elle avait refusé l’application du sursis du prononcé de la peine.
 
Devant le palais de justice de Caglayan, mardi, à Istanbul, elle a pris une dernière fois la parole avant de se rendre aux autorités. « Nous ne sommes pas arrivés au moment où les mots s’arrêtent, mais là où ils commencent. Nous allons nous faire entendre, a-t-elle déclaré. En tant que citoyenne, je vais continuer à défendre nos droits et notre demande de vivre dans la paix. »
 
 

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.